• Le FLE à Frankfurt CitySi j'ai choisi le métier d'enseignant, c'est en partie pour sa pluridisciplinarité. Je me suis toujours intéressée à tout, et décider de se concentrer sur une seule chose me semblait impossible... Du coup vu qu'actuellement si vous n'êtes pas encore au courant... enseignant englobe pas mal de métiers dont certains insoupçonnés... Comme infirmier, psychologue, maman bis, éducateur spécialisé, assistante sociale, comptable, banquier, bibliothécaire, organisateur de voyage, guide touristique, historien, mathématicien, conteur, ... et j'en passe et des meilleures. On peut dire que je ne me suis pas vraiment trompée... Et pour le coup je suis vite devenue une touche à tout qui s'adapte rapidement même à des scénarios un peu incongrus.

    C'est ainsi que j'ai voulu essayer d'enseigner à d'autres publics et que j'ai signé à la VHS (Volkshochschule) pour enseigner le français à des groupes d'adultes. Je me suis d'abord retrouvée avec un simple groupe de débutant (A1), puis de fil en aiguille un second groupe d'utilisateur indépendant (B1).

     

    J'avais dis que je vous raconterais mon expérience, en cet après-midi ensoleillé asseyons nous sous les rhododendrons car...

    Il est l'heure du débriefing !

     

    Enseigner à des adultes... ça change quoi ?En plus de ces deux cours, j'en ai obtenu un autre pour le moins saugrenu intitulé "Alors on chante" qui est inspiré des chants de meute. En quoi ça consiste ? En gros on se retrouve une fois par mois, sans avoir au préalable préparé les chants pour une sorte de karaoké géant où l'on chante tous ensemble. Et... c'est plutôt amusant. Moi qui n'ai jamais pris un seul cours de solfège et qui n'ai jamais appris à jouer d'un instrument, hormis l'obligatoire flûte infernale des cours de musique du collège.... Je me retrouve devant un groupe d'adulte, à faire une improvisation de cours de chant mélangé à du karaoké. ET... ça marche !

    Il est très intéressant d'apprendre à la fois une nouvelle langue (pour moi le coréen) et d'en enseigner une, car ça me permets d'être des deux côtés du miroir à la fois et de mieux comprendre les mécanismes de fonctionnement d'un cerveau adulte face à l'apprentissage d'une nouvelle langue. Encore plus, de mesurer les obstacles, et les difficultés et surtout de comprendre les attentes d'un apprenant. J'avais quelques appréhensions comme tout débutant... Notamment sur mes méthodes un peu trop ludique peut-être mais j'ai pu continuer à enseigner avec et par le jeu, en m'adaptant à mes groupes en fonction de leurs attentes. Il y a encore et toujours des ajustements à faire, par exemple je prépare toujours beaucoup trop mais ça a l'avantage de leur laisser le choix entre mes propositions... Ajoutez aussi, comme avec les groupes d'enfants les activités "TOP" et les activités "FLOP"... C'est à dire, celles qui sur le papier semblaient géniales mais en fait non... C'était une fausse bonne idée ! Et celles qui au contraire ne semblaient pas terribles, où tu te lances à reculons et puis tu te dis : "Ah mais en fait c'est génial et si on la réutilisait de cette manière ?"

    Je redécouvre moi même la langue française, car les adultes ont des questions plus poussées que les enfants sur le fonctionnement d'une langue, et parfois je reste sans voix, il me faut attendre la semaine d'après pour apporter une réponse, car je ne m'étais jamais posé la question, tellement certaines choses sont automatiques dans notre langue maternelle. Ainsi une fois, j'ai été bien en peine de justifier l'emploi du "bien" ou du "bon" dans telle ou telle situation. Alors... "C'est bon" ou "C'est bien" ?

    Par contre je pense que je ne me sentirais pas à l'aise avec un groupe de C1 sans avoir eu de réelle formation en Lettre ou une plus poussée en FLE, l'utilisation du français devenant beaucoup trop pointilleuse... Avec un groupe de A1 et de B1 la question ne s'est pas posée, je me sens légitime d'enseigner ma langue maternelle et de donner du plaisir à la faire apprendre. En soi les A1 c'est un peu l'équivalent de la maternelle à l'école et je m'y connais assez dans ce domaine, surtout en terme de motivation. ;)

    Bref tout roule à peu près finalement, même si la préparation des cours me demande du coup plus de temps, puisque j'ai six heures supplémentaires dans mon emploi du temps que je me suis imposée toute seule, par amour du défi sûrement !

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Diptique - Arbre en fleur et papillon

     

    J'ai découvert au courrier un petit paquet tant attendu en provenance du Japon !!

    Mais oui bien sûr c'était ... 

    Des cartouches d'encre de Chine !! ===>

    Pour mon pinceau encreur à sec depuis quelques jours !

    Presque un drame ;)

     

    Très excitée à l'idée de m'en resservir, je me suis demandée ce que je pouvais dessiner...

    Depuis quelques temps j'ai commencé à confectionner mes propres cartes postales pour ma correspondance régulière avec la France <3 Car j'ai je l'avoue toujours un petit faible pour l'écrit et le papier plus que pour les mails numériques. De plus je me suis mis aux origamis et j'avais pas trop mal réussi mes petits papillons, c'est là que j'ai eu l'idée en repensant à mon cerisier en fleur rose dont Léolycanthrope m'avait soufflé qu'il serait pas mal en rouge... Et dans ma lancée poétique d'arbres en fleurs... J'ai concocté ce diptyque de cartes postales aux couleurs inversées rouge et bleu. Voilà le résultat en espérant que les destinataires seront aussi contents que je ne l'étais en les postant. :D

    Format A6 - Branche au pinceau encre de Chine, fleurs en dégradé de bleu ou de rouge à la peinture aquarelle et papillon en origami relief !

    Diptique - Arbre en fleur et papillon

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    1 commentaire
  • Sakura time ou The Full Cherry Blossom

    Je suis allée contempler tour à tour les cerisiers coréens puis ceux de Bonn en ce début de mois d'avril et ça m'a donné envie de reprendre les crayons pour autre chose que mes activités de cours en FLE... En voyant les peintures que l'on pouvait trouver sur le marché de samedi dernier qui se déroulait aux premières loges de la floraison et en contemplant ceux des apprentis artistes en terrasse de café venus exprès pour l'occasion, j'ai dit à mon amie Miss Ha que je pouvais moi aussi lui en faire un !

    Voilà le résultat ! La base est au crayon à papier, les finitions avec mon pinceau à l'encre de Chine que je ne présente plus, et les détails à la pointe XS (comme la signature ^^). J'ai ressorti mes pinceaux et mes peintures à l'aquarelle qui prenaient la poussière depuis leur dernière utilisation pour les cadeaux de Noël, et ce afin obtenir les nuances de rose des fleurs. Pour les feuilles vertes métallisées c'est un stylo à l'encre de Chine, (encore) Faber Castell - taille 1,5.

     

     

    Sakura time ou The Full Cherry Blossom 

     En japonais juste en dessous des racines : 桜の花 soit exactement "Cherry Blossom" ou "fleur de cerisier" mais avouez que c'est plus classe en langue étrangère XD J'ai même tenté de faire des fleurs grandeur réelle avec mes empreintes de doigts et un stylo bic à encre rouge pour les pistils. Dont je vous ai mis un détail ci-contre ;)

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    1 commentaire
  • Virée printanière sous les cerisiers de BonnVirée printanière sous les cerisiers de BonnVirée printanière sous les cerisiers de Bonn

    Il est 8 heures en ce samedi matin de printemps, et bien assise côté fenêtre, sens inverse de la marche comme à mon habitude, je vois défiler les paysages idylliques des bords du Rhin dans un train direction Bonn. En soi rien que le trajet vaut le détour, surtout sur la portion Mainz-Koblenz. Longer les rives, y voir se découper en fond les versants montagneux verdoyants et la roche à nue par endroit, y deviner les premiers arbres fruitiers en fleurs qui ajoutent leur touche de blanc au tableau déjà embrumé. Dans cette brume y distinguer les silhouettes sombres des vieux châteaux surplombants la vallée, comme figés laissant flotter leurs drapeaux dans la légère brise, y apercevoir soudain les premiers rayons du soleil transperçant la brume et s'amusant à la dissiper en illuminant peu à peu les maisons des villages sur les rivages et le fleuve où circulent encore et toujours de longs bateaux de marchandises... Une merveilleuse journée s'annonce non ?

    Virée printanière sous les cerisiers de BonnVirée printanière sous les cerisiers de BonnVirée printanière sous les cerisiers de BonnVirée printanière sous les cerisiers de Bonn

    C'est donc ainsi qu'a débuté mon weekend "escapade à Bonn" (14-15 mars 2018), où je suis allée rendre visite à mon ami Drachen ainsi que découvrir la fameuse Heerstraße. Celle-ci, est très connue pour ses cerisiers roses qui fleurissent chaque printemps donnant une couleur de Japon à l'Allemagne. Nous avons pu admirer les derniers bourgeons et surtout les premières fleurs les cerisiers ça va très très vite !  sans être dans le pic de floraison. De quoi effacer les souvenirs de froid et de grisaille de notre séjour frileux fin octobre avec l'Apfelschorlette. J'ai passé mon samedi en compagnie de Drachen qui m'a montré la ville puis le dimanche avec Miss Ha mon amie allemande avec qui je fais des cours de coréen. Le Münster était malheureusement toujours en travaux, je n'ai donc pas pu y entrer, mais j'ai pu marcher le long des berges du Rhin, admirer une vue panoramique des montagnes verdoyantes qui entourent la ville depuis les hauteurs de la tour du Godesburg dont les sieben Gebirge dont je vous avais parlé la dernière fois. Ainsi que découvrir que le marathon de la poste allemande se déroulait le dimanche même, mettant de l'ambiance dans la ville endormie dès 7 heures du matin. On y trouve d'ailleurs les locaux de la Deutsche Post plutôt immense, avec hôpital personnel compris et la célèbre tour de la poste qui pour certains gâche le paysage, voisine de celle de DHL (autre livreur de colis allemand un comble ^^). Le complexe se trouve juste à côté d'un Freizeit Park parc du temps libre qui possède lui une étendue d'herbe verte couleur "green de golf" et un lac aménagé où on peut faire du pédalo.

    Virée printanière sous les cerisiers de BonnVirée printanière sous les cerisiers de BonnVirée printanière sous les cerisiers de BonnVirée printanière sous les cerisiers de Bonn

    A Bonn on se sent beaucoup plus en Allemagne qu'à Frankfurt, qui elle est une ville internationale par excellence. Mais rassurez-vous la population est variée quand même dans cette ville étudiante, ancienne capitale de l'Allemagne de l'ouest entre autre parce que c'était une des moins touchées par la guerre en terme de dégâts où nous avons quand même déniché, en fan incontestées de l'Asie : un restaurant coréen, un restaurant chinois installé sur un bateau et un jardin japonais malheureusement fermé lui ^^

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    3 commentaires
  • Il y a des ingrédients que l'on a en permanence dans son frigo et ses placards, que l'on s'en rende compte ou non, pour réaliser sa recette passe-partout des jours sans idées.

    Eh oui ! Nous avons tous dans nos petites habitudes alimentaires quelques TOC Troubles Obsessionnels du Comportement ....

    Une carbonara à la sauce asiatiquePour ma part c'est une création de sauce eurasiatique inspiré de la sauce carbonara mais finalement très loin de celle-ci car le seul ingrédient en commun entre les deux, c'est la crème fraîche...

    Elle est simple, rapide et réalisable en toute saison ! Elle a déjà fait ses preuves plusieurs fois notamment lors d'invitations d'amis de dernière minute, ou de retour de journée très longues...

    Pour la réaliser il vous faudra trois fois rien : du riz cuit à l'autocuiseur vous pouvez vous reporter à mon article pour un riz parfait si vous en avez oublié les bases ;) de la crème fraîche, du curry en poudre et du saumon fumé.

    Ensuite il suffit de faire revenir le saumon découpé en petits morceaux dans la poêle, de l'assaisonner de curry en fonction de vos goûts, de rajouter la crème fraîche et de verser le tout sur le riz resté au chaud dans l'autocuiseur pendant tout ce temps. Et le tour est joué !

    Le seul problème c'est que ce plat n'a toujours pas de nom... Des propositions ?

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    2 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires