• La vie d'une Utopim'ste

    Petits partages, en photo, en dessin, en BD de quelques pans de ma vie passionnante : la vie d'une Utopim'ste !

  • Note d'entrée : Petit article publié en simultané dans les deux langues, vous trouverez ici la version française. Pour les bilingues pas de problèmes vous pouvez lire les deux versions, vous commencez à bien me connaître la traduction mot à mot c'est pas mon truc, je préfères garder l'essentiel du message et jouer avec la langue... Et vous pourrez ainsi comparer les deux versions ;) Bonne lecture !

     

    "Was gefällt dir an Deutschland so sehr ?" Qu'est ce qui te plaît tant en Allemagne ? A vrai dire quand on m'a posé la question la première fois, je n'ai pas vraiment su que répondre. Je ne m'étais jamais vraiment demandé pourquoi j'avais envie de retourner vivre en Allemagne après y avoir déjà passé une année en Erasmus... Je m'y plaisais et c'était tout ce que j'avais besoin de savoir. Pourtant quand j'ai voulu repartir vivre à l'étranger c'est de nouveau vers l'Allemagne que s'est porté mon choix... Un peu parce que c'est la langue étrangère que je maîtrise le plus, soyons honnêtes, mais aussi parce qu'aucune de mes expériences dans ce pays ne m'a déçue. Voila donc une liste de cinq points pour lesquels, si c'était à refaire, je choisirais encore l'Allemagne sans hésiter.

     

    1) La langue : Je vois d'ici les yeux ronds de certains car c'est bien connu "l'allemand est une langue barbare et agressive qui sonne tellement dur !" Et bien non ! Pas du tout ! Je m'amuse à faire chanter l'allemand avec l'accent français du sud , j'aime l'entendre parlé par des étrangers qui lui donne une autre mélodie agréable, et par dessus tout... J'adore écrire les "Ümläüte" ces petits trémas sympathiques qui se parsèment sur les mots, donner une majuscule à chaque nom sans exception et prononcer les "sch", les "ch" et les "s" à volonté !

    2) L'Histoire : Il est très facile pour les français de faire l'autruche en niant leurs rôles dans les guerres, d'être chauviniste au point de croire que l'on descend directement d'Astérix le gaulois, et de parler d'une unité française qui remonte à plus de 2000 ans... Ce qui en réalité est beaucoup plus compliqué que ça, admettez le. Les allemands eux ont une histoire commune très récente, pas très joyeuse je vous l'accorde et plutôt coupable... C'est un pays qui a longtemps été partagé, à l'époque de l'Empire romain germanique notamment, dont ils ont hérité cet état fédéral en Länder mais aussi beaucoup plus proche de nous, par le rideau de fer et même un mur pour la ville de Berlin ! Je rappelle pour ceux qui ne suivent pas au fond, que cette frontière n'a été ouverte qu'en 1989, et que 1989 ce n'est pas si loin...

    3) Les allemand(e)s : Un pays c'est avant tout une population, et en Allemagne, "le pays des allemands" soit Deutschland en version originale ça l'est peut-être plus que nulle part ailleurs. Les allemands ne font pas de manières, certains français de pure souche diraient même qu'ils sont sans gêne... Mais en fait cela leur donne l'avantage de l'honnêteté franche, et avec eux on est sûr qu'ils ne vont pas tourner autour du pot des heures avant d'oser nous dire les choses. Ils disent tout directement, sans pincette, et ce, dès que cela leur vient à l'esprit. Il ne garde pas de rancœurs en accumulant des maux contre tout et n'importe quoi. Quand quelque chose les dérange ils le disent et clairement. Certes parfois l'allemand est un peu trop direct et on aurait aimé les pincettes pour la forme, car le français non-habitué se sentira forcément à un moment blessé et déçu... mais c'est une de nos différences culturelles ! A contrario quand un allemand de votre entourage vous demande "comment ça va ?" il attend une vraie réponse, pas seulement une pour la forme, et vous écoutera avec attention même si ça risque de durer un peu...

    4) Les différences culturelles : Entre la France et l'Allemagne, pour se rendre de l'un à l'autre, il suffit de passer un pont, et pourtant.... Et pourtant que de différences ! J'arrête de suite les objections alsaciennes, oui je sais ça dépend de quel coin on vient... Mais pour tout le reste de la France, croyez-moi, que d'anecdotes culturelles franco-allemandes sur lesquelles s'amuser en réserve. Parfois on ne peut pas s'en empêcher et on sort que ça c'est "typisch Deutschen !" (typiquement allemand) ou "typisch Franzosen !" (typiquement français) et je dois l'avouer, même si c'est complètement "cliché", je suis toujours amusée et ravie de ce genre de découvertes. Peut-être un peu aussi parce que me sentant avant toute chose plus européenne que française, je suis relativement détachée de ces stéréotypes. Ce qui me permet librement d'adopter des habitudes de vie qui me plaisent peu importe d'où elles viennent. Des anecdotes pour illustrer cette richesse, j'en ai plusieurs en réserve mais cet article ne suffirait pas...  Peut-être une prochaine fois...

    5) Les espaces verts : Je suis une fille de la campagne et la vie en ville est par moment fortement compliquée... Heureusement pour moi : c'est bien connu les allemands sont un peu beaucoup en faveur de la protection de l'environnement ! Et du coup des parcs... Ils en ont ! Assez, pour qu'il ne faille jamais chercher bien loin pour se dénicher un carré de verdure, souvent accompagné d'une aire de jeu impressionnante, surtout si le parc est grand afin de prendre une bouffée de campagne et de faire un barbecue entre-ami quand les beaux jours reviennent. Mais aussi ils possèdent, une des premières chose qui m’intéresse quand j'arrive dans une nouvelle ville, de superbes jardins botaniques !

     

    "Navet" est mon parapluie coréen :D

    Bref, je crois que vous l'avez compris, j'aime vivre en Allemagne ! Peut-être aussi un peu parce que j'y ai toujours été chaleureusement accueillie par toutes celles et ceux à qui j'aimerai dédier cet article : mes ami(e)s allemand(e)s ou expatrié(e)s qui vivent en Allemagne, mes collègues d'outre Rhin, mais aussi tous ceux et celles qui comme moi, apprécient le pays de Goethe, d'Angela Merkel et de Scorpions ! Alors oui parfois je fais ma française clichée et je râle contre l'effroyable météo allemande et des habitudes énervantes et bizarres de ce peuple germanique, mais au fond ça ne prouve qu'une chose... La raison principale de ma venue ici, c'est que je porte réellement l'Allemagne dans mon cœur. 

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Note d'entrée : Petit article publié en simultané dans les deux langues, vous trouverez ici la version allemande OmU. Pour les bilingues pas de problèmes vous pouvez lire les deux versions, vous commencez à bien me connaître la traduction mot à mot c'est pas mon truc, je préfères garder l'essentiel du message et jouer avec la langue... Et vous pourrez ainsi comparer les deux versions ;) Un énorme merci à ma tandem d'allemand Weißer Stein qui m'a aidé à restructurer mes phrases dans la langue de Goethe et corriger mes fautes ! Bonne lecture !

     

    "Was gefällt dir an Deutschland so sehr ?" Als jemand mir das erste Mal diese Frage gestellt hat, habe ich geschwiegen. Ich wusste selbst nicht ganz genau warum ich unbedingt nochmal nach Deutschland ziehen wollte und was mir die erste Mal so gefallen hatte, dass ich gern zurück kommen wollte. Ich musste überlegen... Deswegen habe ich entschieden eine Liste von fünf Vorteilen die ich am Leben in Deutschland finde aufzuschreiben.

     

    1) Die Sprache : Ja, ganz genau : die Sprache. Ich höre schon viele von meinen französischen Kommilitonen die antworten "Was ? Das ist eine so harte Sprache ! Es klingt brutal und agressiv !" Gar nicht ! Es klingt schön für mich. Ich mag es, diese "Ümläüte" zu schreiben, dieses "sch", dieses "ch" oder dieses "s" zu sagen, diese großen Buchstaben für die Nomen zu schreiben und es singt so süß un nett, wenn es einen ausländischen Akzent gibt.

    2) Die Geschichte : Ich bin seit langer Zeit total begeistert von diesem Land, das eine so junge Geschichte hat. Es ist nicht so alt wie Frankreich ! Deutschland ist relativ jung. Wir müssen uns erinnern dass es ein Land ist, das durch eine Grenze bis 1989 geteilt war. Und 1989... Tja, das ist nicht so lang her... Ja klar eine lustige Geschichte ist es nicht, und die Deutschen mussten bis heute eine sehr schwerige Rolle behalten. Im Gegensatz zu ihnen fühlen sich die Franzosen manchmal zu schnell befreit von ihre Schuld in den Kriegen... Ist das ein Alzheimer-Syndrom ?

    3) Die Deutschen : Ein Land ist auch und überhaupt ein Volk ! Und das, glaube ich, ist die Hauptsache in DeutschLAND... Die deutschen Leute sind fesselnd. Sie sind direkt, unbeugsam und ehrlich. Sie warten nicht bis etwas Schlimmes passiert sondern einfach sagen sie etwas, wofür die Franzosen so viel Zeit brauchen. Die Deutschen schlucken ihren Ärger nicht herunter und explodiert dann später. Ja klar, manchmal ist es vielleicht zu direkt und die Franzosen könnten sich verletzt fühlen und dann die Stimmung unangenehm finden. Aber das ist ein kulturelle Unterschied ! Die Franzosen sind vielleicht empfindlicher und nehmen viele Sachen "zu persönlich"... Noch etwas : wenn die Deutschen Menschen die ihnen nah sind fragen "Wie geht's ?" erwarten sie eine richtige Antwort und wenn sie die Antwort hören zeigen sie mehr Empathie.

    4) Die "kulturellen" Unterschiede : Frankreich und Deutschland sind zwei Nachbachländer und trotzdem gibt es viele kleine große Unterschiede. Na ja, wenn Sie im Elsaß leben, denken Sie jetzt "das stimmt ja gar nicht !" aber für alle anderen "DOCH !!" Um es ehrlich zu sagen... Ich liebe so sehr diese "typisch deutschen" oder "typisch französischen" Gewohnheite. Das ist ein bisschen.... Quatsch ! Das ist ein "Klischee" ! Ich weiß, aber... Es ist so lustig manchmal und immer sehr interessant zu entdecken. Ich bin jemand, die sich in erster Linie als Europäerin fühlt, deswegen übernehme ich mit völliger Freiheit die Gewohnheit die mich am meisten gefällt. Egal woher sie kommt ! Beispiele habe ich total viele aber das dauert ein bisschen... Vielleicht das nächste Mal...

    5) Die Grüneanlangen : Ich bin ein Mädchen vom Land und deswegen sind Städte (normalerweise) nicht meine "Tasse Tee" ma tasse de thé. Glücklicherweise sind die Deutschen am meistens Umweltfreundlich und Anlagen oder Parks, Bäume und Natur sind überall. Wir müssen nicht so viel laufen oder suchen um einen Park (mit einem tolles Spielplatz) zu finden. Ich mag so gern wenn der Frühling wieder kommt, diese deutsche Gewohnheit eine "Grillparty auf den Wiese" zu machen !

     

    "Navet" ist meinen Regenschirm aus Korea ;) 

    So lebe ich definitiv gern in Deutschland und diese lange Beschreibung war ein bisschen für alle meine Freunde, die Deutsche sind oder in Deutschland leben oder auch wie ich Deutschland mögen. Sicher bin ich manchmal so eine typische Französin und grummelte über das furchtbare deutsche Wetter und ein paar Gewohnheiten die ich nicht gut fand... aber ich bin hier aus vielen Gründen und einer ist, dass ich Deutschland ehrlich in meinem Herzen trage.

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    1 commentaire
  • Des nouvelles du MainVoici l'hiver qui s'approche et le froid qui s'installe...

     

    Nous sommes fin novembre déjà ! Et l'ambiance de Noël tant attendue, a commencé à pointer le bout de son nez ! Chouette ! Elle va nous réchauffer un peu et nous donner envie de sortir plus, plutôt que de souhaiter se faire greffer un plaid et rester à nüddeliner c'est à dire cocooner comme Nüddeline à qui cet article est entièrement dédié ^^ dans son canapé en sirotant un thé, mangeant du chocolat et regardant des séries ou des mangas...

    On pourra s'extasier comme l'an dernier, sur les lumières et les décorations de la ville, qui pour certaines sont déjà en place et rivalisent d'idées pour détrôner le voisin ! Les classes aussi s'ornent des couronnes de l'avent, armées des quatre bougies qu'on allumera l'une après l'autre chaque semaine en attendant Noël ! On ira boire un Kinderpunch ou un Glühwein sur les stands du marché de Noël, accompagné ou pas de la traditionnelle Wurst allemande, de la très prisée crêpe française qui coûte ici un bras, faudrait que je pense à construire un stand un de ces jours... ou encore du saumon norvégien cuit au feu de bois dont on a du mal à quitter le stand tant il sent bon, et il y fait bon...

    On aperçoit déjà en terrasse des cafés, pris d'assaut à l'heure du traditionnel Kafee-Kuchen, les chauffages d'extérieur et les plaids : et ça c'est pas très "Umweltfreundlich" (que je traduirait ici par "en faveur de l'environnement" même si mot à mot ça revient à dire "ami de l'environnement") contrairement aux habitudes allemandes...

    On sort déjà en plus du manteau "spécial grands froids" que Nüddeline connaît très bien et ce même dans le Sud de la France ! les bonnets, les écharpes et les gants pour sortir sans geler, et on espère que notre tram ou notre bus ne sera pas en retard, pour éviter de l'attendre dans le froid que le vent s'amuse à rendre encore plus mordant. En effet, le Taunus a déjà vu ses premiers flocons même si nous, plus bas, nous n'avons vu que de la pluie...

    On comprend une fois de plus pourquoi les chemins le long de la Nidda (affluent du Main) sont goudronnés, quand les sentiers de terre et d'herbe qui permettaient de couper à travers champ, sont actuellement couverts de boue. Ils ressemblent ainsi plus à une patinoire impraticable qu'à un chemin digne de ce nom... On découvre donc de nouveaux horizons en changeant temporairement ses habitudes de marche pour éviter les accidents entre deux écoles.

    On commence déjà à préparer le Weihnachtskonzert (concert de Noël) à l'école en fait depuis la rentrée de septembre... mais chut ! C'est un secret ;) et on entend résonner des chants plus ou moins traditionnels les matins de chorale. Notamment le hit indémodable.... en exclusivité pour vous... j'ai nommé.... "Petit Papa Noël" qui sera encore à l'affiche cette année au grand bonheur des élèves, des parents et des professeurs mais au désespoir de la française en échange.

    Et comme à la même période l'an dernier... Tout ça pour dire que mon billet d'avion est bouclé pour le 22 décembre depuis quelques temps... A très vite le sud de la France <3

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    2 commentaires
  • Par un weekend frileux de ce mois d'octobre, je me suis rendue à un cours de "Cérémonie du thé coréenne". J'étais très curieuse pour plusieurs raisons, notamment parce que j'ignorais qu'une cérémonie spécifique à la Corée existait, de plus différente de la japonaise, qui m'est elle, beaucoup plus familière. Et aussi parce que ça faisait un moment que je l'avais écrit sur ma "to do list" sans trouver le moyen de m'y rendre...

    En prime mon petit infuseur Sangoku alias Baka Saru :)

    Notre professeure a commencé par nous faire une petite histoire du thé, au travers de la présentation des différents types de cérémonies qui existent parce que oui il y en a plusieurs ! Citons les principales, qui nous concernent : la japonaise, la coréenne et la chinoise. La chinoise est plutôt axée sur l'art (méthode), la japonaise sur la purification et la méditation (rituel zen), et la coréenne se situe entre les deux. Notre hôte nous en explique rapidement la raison, depuis toujours les différentes influences culturelles arrivent de la Chine, passent par la Corée et rejoignent le Japon, puis reviennent modifiées en sens inverse. Chacun s'appropriant à sa manière les choses. C'est là qu'on comprend que la position d'entre-deux de la Corée, ici sur le thé, illustre bien sa position territoriale, à mi-chemin entre les deux autres cultures. Faisant office de zone tampon entre le Japon et la Chine, on comprend aisément pourquoi les deux grands se sont fait la guerre pour la posséder. Puis notre hôte a continué, avec une présentation des différents types de thé, expliquant que la qualité et l’arôme dépendait de la date des récoltes avant ou après la saison des pluies par exemple, et nous a proposé de débuter la cérémonie avec un thé coréen*, qui ne m'était pas inconnu, puisque directement importé de Jeju-do, une grande île au sud de la Corée, où nous avons passé une partie de notre séjour en juillet article à venir... !

    On a ainsi pu un peu plus appréhender les grandes lignes de cette cérémonie qui est un éloge à la lenteur, la grâce, la délicatesse et la précision des gestes... J'assume déjà les regards sceptiques et les étouffements de rire de ceux qui me connaissent bien, car ils ne savent que trop que de ses quatre qualités... je n'en possède aucune.

    Raison de plus pour relever le défi ! Je remonte mes manches et me voilà lancée. Enjoy it !

     

    L'addict-Thé de l'Utopim'ste Après un salut officiel, comme avant un combat, où la préparation de l'esprit pour se consacrer au thé, nous débutons...

    Phase 1 : découvrir le service, sortir le tissu qui couvre les tasses et le matériel puis le plier de manière respectueuse. Verdict :  S'en sort haut la main !

    Phase 2 : réchauffer les tasses en versant l'eau de la théière d'eau bouillante, au bol, puis à une théière plus petite jusque dans les tasses. Il faut répartir convenablement afin d'en avoir pile pour les trois tasses et que celles-ci soient remplies de manière égales... ça, ça demande de l'habitude à mon avis. Je suis obligée d'établir une technique de "plusieurs passages" pour m'en sortir avec des tasses à peu près équitable et une théière vide... et encore c'est sans compter sur ma maladresse qui arrose un peu le plateau. Verdict : Peu mieux faire !

    Phase 3 : préparation du thé, je maîtrise la rotation de la théière même si j'ai l'impression que c'est un peu léger comme infusion, puis arrive le moment fatidique, le remplissage des tasses ! Même topo qu'en phase 2, il faut procéder dans l'ordre (ça encore ça va) et faire seulement trois passages, donc il faut gérer la quantité que tu sers pour pouvoir ajuster en fonction. Je m'en sors un peu mieux qu'au premier passage, puisque je sais environ où l'eau est censée s'arrêter (étant donnée que ma théière n'a pas été échangée entre-temps ^^) mais sur la fin il me faut attendre patiemment que la dernière goutte tombe de la théière. Verdict : Passable...

    Phase 4 : servir les invités de manière polie, en commençant par la gauche et soi en dernier, je commence à ressentir des fourmis dans les jambes, repliées en position "samouraï" (comme j'aime le dire à mes élèves) depuis le début de la séance, puis déguster en se servant d'une des deux mains en soucoupe. Verdict : Bien, mais doit s’entraîner pour tenir la position assise...

    Phase 5 : rangement du service, bien ordonné, tout à sa place et recouvrir. Verdict : Pas mal !

    *Là aussi on n'utilise pas le même thé pour chaque cérémonie, si les japonais l’effectuent avec un Matcha, réduit en poudre, les chinois y préfèrent un thé noir comme le Yunnan et les coréens des thés verts très doux.

    Il me reste encore beaucoup de choses à vous dire sur ce sujet ^^ j'en reparlerais sûrement dans un autre article puisque mon deuxième cours est en novembre ;)

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    2 commentaires
  • J'avais déjà expérimenté la diversité de la langue française, sans s'engager loin dans le dialecte, quand en changeant pour le département voisin, les lézards étaient devenus des rapiettes pour mes collègues et les lotos de l'école des quines... Interloquée tout d'abord, je m'y suis faite, en les utilisant même parfois pour me faire comprendre.

    L'avantage de l'échange franco-allemand du premier degré, c'est qu'il amène à côtoyer des collègues français(es) d'un peu partout, et pas seulement du département voisin... Je ne veux pas vous parler ici des accents typiques de certaines régions ! Même s'ils nous ont tout de même bien fait rigoler, quand mes élèves n'ont pas compris le "pain" avec l'accent charentais de mon amie Cagouille, car ils n'avaient entendu jusqu'ici que le "pain" avec l'accent aquitain... Non je veux vous parler plutôt de ces petites habitudes de langage, nos petits tics de régions, notre français pas français, qui parfois nous interpellent entre nous et nous font plaisanter : "Ah oui c'est vrai que t'es pas d'ici toi !" D'ailleurs on ne présente plus le désormais célèbre débat "chocolatine" versus "pain au chocolat" et son petit frère : la "poche" versus le "sac" plastique !

    Avant d'enseigner sa propre langue autant faut-il se mettre d'accord sur ce qu'on va transmettre aux petits allemands pour qu'ils se débrouillent n'importe où en France et pas seulement dans notre belle Région. même si c'est la meilleure au Monde ! Chauvinisme quand tu nous tiens ;) C'est une question de survie pour nos petits élèves, alors on se prend la tête sur LA meilleure formulation possible des phrases :

     

    - Et toi tu le dirais comment ? Plutôt : Est-ce que tu aimes le rouge ? Aimes-tu le rouge ? Tu aimes le rouge ? T'aimes le rouge ?

    Une chocolatine dans une poche ?! Toi t'es pas du coin !

    -  Je sais pas moi... Quelle est ta couleur préféré ?

     

    A vrai dire ces petites manières de dire les choses, nous amènent parfois  à des quiproquos, ou d'autres situations amusantes, et à des discussions régionales enflammées, avec prise à partie pour renforcer les clivages Nord/Sud et Est/Ouest la plupart du temps XD C'est ainsi qu'on découvre parfois qu'on est les seuls à utiliser certaines expressions et qu'on se rend compte qu'en effet elles ne sont pas grammaticalement et/ou lexicalement parlant justes...

     

     Petite collection Alsace vs Aquitaine de perles du langage merci à Mamagei mon amie alsacienne pour ces moments édifiants dans ma découverte des possibilités de la langue française ! :

    Une chocolatine dans une poche ?! Toi t'es pas du coin !1) "Est-ce que je dois sortir mes chaussures ?" c'est comme ça que j'ai pu faire rire la totalité des français de l'échange au cours de la formation, lors d'une improvisation théâtrale. J'étais la seule enseignante de la pièce née en Aquitaine... En effet, sortir ses chaussures, son manteau, ou autre chose est typiquement aquitain comme réplique. Partout ailleurs on emploie "enlever", ou "retirer", ce qui est plus correct sémantiquement puisque sortir revient à les mettre dehors... Peut-être que cela vient du fait qu'on les laissait sur le pas de la porte en Aquitaine avant de rentrer dans un édifice ? Comme le fameux "barrer la porte" charentais... Et si je voulais vraiment me faire l'avocat du diable je pourrais même répliquer que théoriquement on les "sort" de sur son corps ;p

    2) "Mon mari me cherche !" Et alors il t'a trouvé ? Ai-je répondu en rigolant à mon amie Mamagei. C'est donc ainsi qu'en Alsace on parle de "venir chercher quelqu'un" cela m'a interloqué, et même encore j'ai du mal à l'entendre sans afficher un sourire amusé... Car pour moi ça ne signifie pas du tout la même chose. J'ai cependant regardé dans le dictionnaire pour savoir qui avait raison. D'après Larousse, chercher c'est "Se déplacer, parcourir un lieu, faire des efforts pour trouver ou retrouver quelque chose ou quelqu'un qui se trouve à un endroit inconnu ou oublié" donc je pense pouvoir dire sans vexer personne que c'est un abus de langage que de dire "il me cherche."

    3) "T'en veux d'autre ?" Cette fois j'ai eu droit au soutien ouestien de la part de la Bretagne, qui a assuré elle aussi qu'elle l'employait. Cependant, ce n'est pas tout à fait juste puisque "autre" signifierait un différent, hors ici on demande si "t'en veux encore ?" ou "plus" et le couple d'alsaciens, Papagei et Mamagei, a bien relevé ! J'ai maintenant droit au même petit sourire que je réserve à leur "il me cherche" à chaque fois que j'emploie le fameux "Qui en veut d'autre ?".  

    4) "Je ne dois pas, mais je vais y aller." pour moi le terme de "devoir" relève de l'obligation donc ici combiné avec l'emploi de la négation traduirait une interdiction ou une impossibilité. C'est ainsi que je n'ai absolument pas compris le sens du message, plantée devant les toilettes sur l'aire d'autoroute. Au contraire je me suis inquiétée complètement perdue, "Pourquoi, tu ne peux pas ? Tu n'as pas le droit ? oO " "Si mais je n'ai pas besoin." C'est là que j'ai tilté et que je me suis exclamée, comme un chevalier de la table ronde devant la découverte du Graal "AAAAAAAAAAAAHHHHH ! En fait tu n'as pas envie, mais tu vas y aller."

    Si vous aussi vous avez d'autres perles langagières de vos régions n'hésitez pas à partager :)

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique